Traces

Posted on

Vestige du passé. Parce que pour savoir où l’on va, il est toujours bon de se rappeler d’où on vient…

Traces” était un projet de court métrage qui a vu le jour en 1999. Au départ juste des bribes d’idées qui sont devenues l’ébauche d’une histoire, puis un scénario. Un premier jet de 28min fut présenté en projet au BAC et fut violemment censuré… Bien entendu, de nouvelles scènes furent tournées, le scénario remanié, et le film, de 42min dans sa version finale, devint encore plus ‘immontrable’ qu’il ne l’était déjà.

Le montage et les effets méritaient tout de même d’être retravaillés afin d’avoir un meilleur rythme et une plus grande cohérence globale, mais ce ne fut possible que quelques années plus tard avec l’avènement des nouvelles technologies, et les grosses avancées de logiciels comme Final Cut, After Effects et Photoshop.

À gauche, une photo originale
À droite, la même photo retouchée à la main afin de répondre au parti-pris artistique du film.

Très inspiré par le film “Waking Life“, le projet était de retravailler le métrage image par image afin d’en faire un film d’animation rotoscopique qui conserverait certaines imperfections afin de transmettre une impression de ‘peinture animée’. La version définitive aurait dû voir le jour en 2009, mais un crash de PC en a décidé autrement… T_T

Travaillant seul, il m’aurait fallu tout reprendre depuis l’acquisition des rushes sur Mini DV, j’en aurais eu pour plusieurs années, et je n’en n’avais plus le courage… Surtout qu’entre temps sortait “A Scanner Darkly” qui a enfoncé le clou en matière de rotoscopie
Et puis de nos jours, quasiment n’importe qui arriverait surement à faire cent fois mieux avec une simple ‘appli’…

Enfin bref, tout ce qu’il reste de ce travail acharné est donc cette ‘bande annonce’ upscalée en 720p montée avec des plans tests et une voix-off toute pourrie enregistrée à la sauvette…
Moralité, travailler en indépendant offre une liberté totale et absolue, mais le résultat peut demander énormément de temps, et il ne faut jamais perdre patience ou baisser les bras si on veut arriver à un résultat… Mais surtout, j’aurais appris que lorsqu’on travaille en numérique, il faut toujours tout sauvegarder en double ou en triple, et à des endroits différents…

 

P.S. : Quelques photos prisent pour le film sont disponible ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *